Le lao est fort acort

Un petit article sur nos impressions à cette étape de notre voyage…

De manière générale, l’accueil est toujours excellent. Même en rue et sans aucune raison particulière, nous sommes salués régulièrement d’un « Sabaïdee » sonore.

A moins de prendre l’avion, il faut prévoir du temps pour parcourir les kilomètres qui séparent les différents sites à visiter, ainsi que les villes (Vientiane / Vang Vieng = 6 heures; Vang Vieng / Phonsavanh = 5 heures; Phonsavanh / Luang Prabang = 8 heures). Prévoir aussi des routes fort abîmées: nombreux trous et/ou ornières.

Le Laos est très différent d’un ville à l’autre, tant par son relief que par sa population (les différences physiques sont, à notre sens, plus marquées qu’ailleurs).

A part à Vang Vieng, nous n’avons pas croisé énormément de touristes. Cela se ressent sur la qualité de l’accueil hôtelier plutôt prévu pour une clientèle exclusivement asiatique… donc, par exemple, pour le petit déjeuner, cela peut « coincer ». Idem pour d’autres « services » que nous trouvons minimaux…

Le coût de la vie nous semble très peu élevé: jusqu’à présent on a toujours mangé pour environ 100000 Kips, soit moins de 10 EUR. Le salaire moyen au Laos est de 50 USD (dixit notre chauffeur), voire 150 USD à Vientiane.

La fête de l’eau… c’est quelque chose! Fête attendue par les jeunes pendant tout le reste de l’année (il parait). Force est de constater que cela fait beaucoup de bruit; qu’on y boit énormément de Beerlao et que l’on s’y balance des tonnes d’eau à la figure.

En temps normal, pas beaucoup de monde dans les temples. Par contre, on n’a jamais vu autant de monde qu’aujourd’hui, premier jour de nouvel an lao.

A la campagne, les habitations traditionnelles en bois, surélevées sont souvent très jolies. Elles ont cependant tendance à disparaitre des villages au « profit » de maison en briques et/ou en béton, plus confortables et plus durables…

La nourriture est bonne mais nos papilles n’ont subi ni déconvenue ni bonne surprise. Par contre, sur les marchés, nous avons déjà eu quelques haut-le-cœur: les pattes de buffles, les intestins, le pâté de sang, les tripes de poisson, la peau de buffle à chiquer ou les écureuils séchés et toutes les mouches qui tournent autour tout ça ne nous inspirent guère 😉

Comme dans tous les pays du coin, la propreté est convenable dans les villes et à la campagne. Nous déplorons cependant la présence de nombreux sacs en plastique et emballages divers dans les endroits moins souvent entretenus (bord des routes, par exemple).

Le climat est très agréable pour l’instant. A Vientiane, >30°C; à Vang Vieng, 28°C; à Phonsavanh, entre 20 et 26°C. Ensoleillé dans l’ensemble.

Jusqu’à présent, nous passons un excellent voyage et espérons pouvoir continuer sur cette lancée.

Ce contenu a été publié dans Impressions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le lao est fort acort

  1. Yves dit :

    Le lao est fort acort

    Et le cahot est fort, alors, entre Vientiane et Vang Vieng. Quel dépaysement par rapport à nos routes.

  2. FLE dit :

    « Cette photo a été prise par Marie; je ne comprends pas ce qu’elle lui trouve. » Mais si, justement : le lao est fort à corps !

    Coucou, je suis de retour de Bretagne ! Il était temps … pour préciser à Ben que Carnac, c’est des menhirs et pas des jarres !

    Sur IMG_5945, on voit votre véhicule, un turbo Intercooler. Ne pourriez-vous conseiller à Christophe de préférer un véhicule hybride ? C’est silencieux (oh, quel calme), économe en carburant (c’est bon pour le portefeuille) et très cool – 1h de plus au retour de la Bretagne pour garder 4,4 l/100 km – (justement, le temps, c’est de l’argent) ! Mais tout cela a un prix : se maintenir systématiquement 20 km/h en-dessous de la vitesse autorisée et mettre un oeuf sous la pédale d’accélérateur (peut-être qu’ils n’ont pas d’oeufs, au Laos, puisqu’ils ne connaissent pas Pâques ?).

  3. DUF dit :

    Merci Ben de nous faire découvrir l’univers lao. Je le connaissais personnellement très peu, si ce n’est par un film vu au cinéma. Mais c’était peu convaincant, un vieux bonhomme faisait un voyage avec sa maison soulevée par des ballons. C’était très fantaisiste. Ton blog par contre est illustré, varié, chiffré. On s’y croirait. Une petite question, si tu permets (et sans espoir de réponse autre que : »je vais y réfléchir »): dans un resto moyen, un plat de poulet ça représente combien de Kips ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *